Février – Mot de M. le Curé

« Le Carême : le temps de Dieu, le temps de la prière et le temps de la grâce. »

Le temps du Carême

Le Carême est le temps de préparation à la fête de Pâques, coeur de la foi chrétienne.
Temps de conversion, le Carême repose sur la prière, la pénitence et le partage. L’Évangile du Mercredi des cendres incite les croyants à prier et à agir dans le secret de leur coeur. La pénitence n’est pas une fin en soi, mais la recherche d’une plus grande disponibilité intérieure. Et le jeûne qui a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa Parole, n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. Le partage peut prendre différentes formes, notamment celle du don.
Depuis 1969, le jeûne obligatoire est limité à 2 jours : Mercredi des cendres et Vendredi saint. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir. Sont dispensés du jeûne les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans et les femmes enceintes. L’abstinence (s’abstenir de viande) ne s’impose plus en Belgique. À chacun de s’abstenir de ce qu’il aime en supprimant ou en réduisant sa consommation, par exemple d’alcool, de tabac, de sucrerie, de TV, etc…
Le jeûne nous invite à nous décentrer de nous-mêmes et à nous convertir, c-à-d. à nous tourner vers Dieu.

Le Carême, temps d'Alliance et de projet d'avenir

Les lectures du Carême nous invitent à regarder deux aspects de notre Salut : l’Alliance et l’Avenir.
L’Alliance met en relation deux personnes qui s’aiment et ces deux partenaires décident ensemble d’accomplir un projet de vie qu’on appelle « avenir ».

L’Alliance est le fil conducteur des premières lectures :
1° dim. : avec Noé, avec le monde = Arc-en-Ciel
2° dim. : avec Abraham, le père des croyants
3° dim. : avec Moïse, avec le peuple choisi = charte des 10 commandements
4° dim. : infidélités et renouvellement de l’Alliance – Le retour d’exil, image de tous nos retours à Dieu.
5° dim. : l’alliance nouvelle… inscrite dans nos coeurs

L’évangile de la Transfiguration donne déjà aux apôtres un avant-goût de la Résurrection. Ainsi, le Christ nous ouvre des horizons nouveaux. Il rend l’avenir possible !

Carême et Temps pascal

La liturgie nous invite à nous décentrer de notre ego et à nous convertir, autrement dit à nous tourner vers Dieu et le louer, le remercier pour la merveille de son amour. Aussi, la liturgie nous invite à avoir une attitude d’ensemble tournée vers Dieu. Et les temps forts de l’année liturgique, comme le Carême, nous aident à découvrir les différentes facettes de cette conversion à réaliser.

Durant le Carême, ni Gloria, ni Alleluia. Et donc, on peut développer la Prière pénitentielle. Attention, non pas en larmoyant, mais dans l’espérance du Salut. Par exemple, l’histoire de la guérison du lépreux ne nous montre pas quelqu’un qui s’apitoie sur son sort mais plutôt quelqu’un qui, dans la confiance, se tourne vers le Seigneur : « Prends pitié de moi ! », autrement dit : « Seigneur, vois ma situation et guéris-moi. »

C’est comme l’histoire des Hébreux. Dieu a vu la misère de son peuple et cela lui a retourné les tripes. Alors, il a fait libérer son peuple de l’esclavage en Égypte.

Avec Jésus, c’est la même chose. Nous nous tournons vers lui dans la confiance parce que nous croyons qu’il va nous sauver. Dieu connaît notre misère et veut nous en sortir. Quand nous disons : « Seigneur, prends pitié de nous. », cela veut dire : « Seigneur, tu connais ma situation, je sais que tu m’aimes et tu vas me sauver. » C’est ça la conversion. C’est se tourner vers le Seigneur qui nous aime et qui nous sauve.

Alors, soyons dans la joie d’être sauvé. Nous pouvons dire comme le psalmiste : « Seigneur, rends-moi la joie d’être sauvé. » Car aujourd’hui encore, nous croyons à ton amour, et la Résurrection nous montre l’accomplissement de notre Salut.

abbé Michel

Collectes des 6-7 février pour Caritas diocésaine

Caritas est une association mandatée par les évêques de Belgique pour soutenir la solidarité de l’Église. Le réseau Caritas est présent dans le monde entier.

Dans notre pays, Caritas soutient des associations et institutions d’entraide, intervient directement dans les situations de détresses publiques ou privées, contribuant au quotidien à aider celui qui souffre à se remettre debout dans la dignité.

Dans notre diocèse, Caritas Hainaut a soutenu durant l’année 2020, en lien avec les réseaux associatifs locaux, des services d’aide dans les régions de Charleroi, de La Louvière-centre, Tournai et Thudinie, l’aide directe aux familles, la promotion de la santé auprès des enfants et le soutien aux écoles des devoirs en milieu d’accueil.

Caritas oeuvre aussi pour l’accompagnement des sans-abri, des personnes en situation de réinsertion et des réfugiés, notamment par l’aide au logement, etc…

Cette année encore, la Caritas diocésaine a aidé de nombreuses personnes isolées ou familles à disposer des moyens financiers, psychologiques ou administratifs dans différentes régions pastorales. Un soutien particulier a été mis en place, avec les permanents sociaux pour aider les personnes précarisées par la crise sanitaire.