• Post last modified:27 décembre 2021
  • Post category:Signes de Vie

Signes de vie Janvier 2022

Le Père Alex et M. le curé Michel vous souhaitent une

Bonne et heureuse année !

Que l’année nouvelle vous soit douce et légère…

Edito

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

« Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage. »
(Mt 2, 2)

Plus que jamais, en ces temps difficiles, nous avons besoin d’une lumière qui brille dans les ténèbres et qui, pour les chrétiens du monde entier, s’est manifestée en Jésus-Christ, l’astre recherché par les 3 mages d’Orient. Les réflexions du Conseil des Églises du Moyen-Orient, basé à Beyrouth, au Liban, ont exploré la manière dont les chrétiens sont appelés à être pour le monde un signe de Dieu et à apporter l’unité. Issus de cultures, de races et de langues différentes, les chrétiens partagent une même recherche du Christ et un même désir de l’adorer.
Bien que les Églises et le peuple libanais aient été accablés par les conséquences quotidiennes d’une crise politique et économique persistante, les chrétiens de différentes Églises du Liban et des pays voisins ont trouvé la force spirituelle de se rassembler et de préparer des ressources pour la prière…

Du 18 au 25 janvier 2022, nous sommes donc invités à nous unir de tout notre coeur à cette prière. Dans ce monde fragile et incertain, cherchons une lumière, un rayon d’espoir au loin… et prions les uns pour les autres pour construire un monde de paix et d’unité.

Le temps de l’espérance

L’Espérance chrétienne est cette envie, ce vouloir, ce désir que le Christ vienne installer définitivement son Royaume de paix, de justice et d’amour où l’on vivra heureux pour l’éternité. L’espérance, c’est croire qu’un jour, le monde du mal, de violences, de souffrances, de mort, disparaîtra à tout jamais.

Et le Seigneur appelle les hommes et les femmes à construire dès aujourd’hui son Royaume d’amour, et cela dans l’amour du prochain. En effet, le Royaume d’amour que le Seigneur veut réaliser à la fin des temps, c’est aujourd’hui qu’il faut le construire. Ne faut-il pas des hommes et des femmes qui annoncent l’amour du Père au milieu du monde, en travaillant pour plus de justice, en vivant la solidarité, en allant vers ceux qui sont rejetés, vers ceux qui sont les mal-aimés ? Ne faut-il pas bâtir ce monde nouveau et meilleur jusqu’à ce que les puissances économiques et politiques cessent de rendre les hommes esclaves et désespérés, mais qu’elles se mettent à leur service, sans en exclure aucun ?

Car aimer c’est créer, autour de celui qu’on aime, le climat qui lui permet d’exister. Aimer, c’est aider l’autre à être bien dans sa peau, dans sa tête. Aimer quelqu’un, c’est l’aider à vivre. Car l’amour fait vivre ! Mais tout en respectant ce que l’autre est. Comme font le soleil et l’eau pour les plantes. Le soleil et l’eau respectent les plantes qu’ils nourrissent. Ils ne font pas que le cerisier devienne poirier ou que le champignon devienne une rose… Aimer, c’est aider l’autre à grandir, à s’accomplir, à s’épanouir, comme les parents font pour leurs enfants. Aimer l’autre, c’est aussi l’aider dans les moments difficiles, où il se sent incompris, où il est humilié… Aimer, c’est l’aider à se comprendre, à porter son mystère… Aimer, c’est aussi apporter l’espérance qu’un jour, le Royaume de Dieu se mettra en place définitivement.

Abbé Michel.

Message des Évêques de Belgique à l'occasion de la nouvelle vague du coronavirus

« Gardons courage ! »

La quatrième vague de coronavirus frappe durement notre pays. Les hôpitaux sont à la limite de la saturation. De plus en plus d’écoles passent au distanciel. Les chaînes de production ne suivent plus. La culture, l’hôtellerie et tant d’autres secteurs revivent des temps difficiles. Et surtout, le découragement se généralise. Nous pensions que la vaccination battrait le virus en brèche. Mais, ce dernier s’avère plus fort et imprévisible que prévu.

Que faire ? Une seule issue pour les Évêques : celle d’une solidarité soutenue qui seule offre un véritable avenir. Solidarité par la poursuite d’une observation stricte et convaincue des mesures de sécurité : elles nous protègent et protègent notre prochain. Solidarité par la vaccination : les vaccins sont efficaces, pour beaucoup ils font la différence entre vie et mort, entre une maladie grave et bénigne. Moins nombreux sont les patients hospitalisés pour infection au coronavirus, moins long est le report des opérations de patients gravement malades. Solidarité mondiale aussi : ce n’est que lorsque la population mondiale sera suffisament vaccinée que nous réussirons à vaincre cette pandémie.

Les Évêques ont défendu à plusieurs reprises cette solidarité qui fixe les limites de notre liberté individuelle. Ils réinsistent aujourd’hui. Ne perdons pas courage en ces jours difficiles. Suivons strictement les mesures édictées par les autorités. Mais nous pouvons aller plus loin. À l’heure où de nombreux travailleurs épuisés sont dans l’incapacité de poursuivre le travail, le bénévolat peut faire toute la différence dans les domaines des soins, de la garde d’enfants, de l’aide à domicile et autres. Une attention supplémentaire aux personnes âgées, aux isolés et à ceux qui sont en situation difficile permet d’éviter le pire. Les possibilités sont nombreuses : individuellement ou famille, en groupe, en association, en paroisse, …

La crise de l’asile
En ces semaines sombres, les Évêques attirent l’attention sur la nouvelle crise de l’asile à laquelle est confrontée notre pays. Les centres d’accueil sont surpeuplés. Des dizaines de personnes vivent dans la rue. Les Évêques demandent au Gouvernement, à la société, aux paroisses et aux monastères d’accroître leurs efforts et à tous ceux qui peuvent aider de le faire. N’abandonnons personne dans la rue, c’est indigne d’une société humaine.

En décembre, les chrétiens ont vécu le temps de l’Avent et de Noël : temps d’attente pleine d’espérance de la vraie lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme (Jn 1, 9). Les chrétiens s’engagent par le biais d’Entraide et Fraternité, de Caritas et de tant d’autres mains tendues aux autres en ce temps de pandémie. Ils s’engagent aussi par la prière, la célébration de l’Eucharistie et par une attention particulière aux questions existentielles et aux besoins spirituels de leur entourage.

Les Évêques remercient chaleureusement tous ceux qui s’engagent pour leur prochain et en premier lieu pour les plus vulnérables.

(décembre 2021)

Vie Montante

Après une vie active intense et bien remplie, il est vital et ressourçant pour continuer sa route, de se  »pauser » en attendant de monter au Ciel.

« Vie Montante » est un groupe d’aîné(e)s qui se réunit une fois par mois de 14h30 à 16h, afin de réfléchir au sens de la vie à la lumière de l’évangile, et qui partage aussi un moment convivial autour d’une tasse de café.

La prochaine rencontre se déroulera le jeudi 13 janvier au Centre pastoral (14B, rue de la Halle) à Solre-sur-S. Bienvenue à tous !

Contact : Mme Chenut Monique 0478 / 970 827

Réflexion : L’homme ne se fait que par le temps

L’homme ne se fait que par le temps, car le temps, pour lui, est histoire. Le temps que je vis, c’est mon histoire qui se bâtit. L’homme a besoin du temps et n’est pas un être de l’instantané. Donc, vouloir tout, tout de suite et pour toujours, est immoral : cela ne construit pas l’homme. Et autant en emporte le temps : il m’emporte toujours en avant, toujours plus loin, au-delà, au-delà… J’ose le dire en cette belle formule : « À Dieu me fie, cap sur l’infini ! ». C’est l’aventure au gré du vent et du temps sous l’attrait de Dieu.

Il faut donc qu’en prenant du recul, l’homme sache profiter de ce temps qui le fait et l’accomplit. Les Anglais disent : « Wait and see ». Donc, voir venir et savoir choisir le meilleur et l’essentiel.

« Pas le temps, pas le temps ! », on entend sans cesse ce gémissement, expression d’un manque, comme si l’on était frustré de ne pas être perpétuellement encombré. Et on rate le temps présent. On rate l’instant, don unique qu’on ne retrouvera plus jamais. Oui, vis l’instant présent. L’instant, c’est la vie. Si tu gâches ton temps, tu gâches ta vie.

Père Amédée, Le moine et le psychiatre

 » Prenez – Lisez – Rapportez « 

Bibliothèque Sainte Thérèse ou « Biblio-Thérèse »

Little girl is reading in colourful cartoon style

Depuis quelques temps, l’initiative de mettre des livres à disposition en l’église Saintte Thérèse d’Erquelinnes a porté ses fruits. Actuellement, la même initiative a pris forme en l’église de Solre-sur-Sambre et s’organise en celle de Merbes-le-Château.

Nous vous remercions pour tous les livres donnés pour lancer cette initiative. Depuis le lancement, cela marche plutôt bien. Cela bouge de semaine en semaine. Ce qui marche le plus, ce sont les livres pour enfants ! Et donc, c’est la pénurie… Aussi, nous revenons vers vous pour vous demander une aide de 3 manières concrètes :

  1. regardez sur vos étagères si quelques livres ne pourraient pas être prêtés aux enfants,
  2. ou si vous le désirez, vous pouvez achetez des BDs d’histoires de saints ou de saintes, de la vie de Jésus, d’histoires de la Bible, etc… et apportez-les,
  3. ou faites un don afin que nous puissions les acheter :
    Paroisse Nouvelle St Médard, n° BE34 1031 1184 3290
    avec la communication : pour la bibliothèque

D’avance, nous vous remercions pour l’intérêt que vous porterez à cette demande. De plus, nous sommes toujours preneurs pour tout autre type de livres qui seraient mis à disposition, notamment en l’église de Merbes-Le-Château où une bibliothèque est en cours de réalisation

Stephan Michiels