Signes de vie Avril 2022

Edito

Depuis le passage en code jaune, le virus Covid 19 a été mis entre parenthèses et un vent de liberté retrouvée s’est engouffré dans notre univers sanitaire. Cependant, gardons encore nos précautions car il est toujours là !

Et maintenant, les médias sont focalisées sur la guerre en Ukraine. À l’heure où j’écris ces lignes, c’est le désastre… Des millions de civils fuient le champ de bataille pour se réfugier dans les pays voisins. L’armée russe bombarde à tout vent, sans prendre garde aux civils, détruisant des hôpitaux, des écoles. C’est le chaos dans ce pays qui désire ardemment la paix. Quelle tristesse !

En écoutant le journal télévisé, j’ai été interpellé par cette information : un soldat russe a été fait prisonnier et n’avait pas vraiment conscience de ce qui se passait. Il ne comprenait pas pourquoi il faisait la guerre à ses voisins ukrainiens, pour lesquels il n’avait aucune haine particulière. Comme un bon soldat, il a obéi aux ordres sans se poser de questions. Quand je pense à toutes ces guerres où les soldats s’entretuent sans trop savoir pourquoi et où l’alcool aide à amadouer les consciences. Et je fais le lien avec les Marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse qui reflètent l’Histoire. Je pense à ces cantinières qui suivaient les militaires pour les abrutir d’absinthe. Ainsi, ceux-ci allaient plus  »facilement » au combat.

Mais, ce qui me chagrine le plus, ce sont les mensonges, ces arguments que les responsables politiques avancent et diffusent pour justifier leurs « mauvaises » actions. Et je pense à ce dicton qui me semble juste : « Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. » En effet, on se sert d’excuses pour innocenter ses prises de position et aussi, se faire passer pour la victime. De plus, les réseaux sociaux sont inondés par toutes sortes d’informations et on ne sait plus discerner le vrai du faux. D’autre part, certains pouvoirs autoritaires imposent le silence aux médias de leur pays afin qu’ils ne viennent pas contrarier leurs manières de gouverner. Face à cet imbroglio, on se sent bien impuissant.

Pourquoi toute cette haine et toute cette violence perpétrée depuis des siècles ? Après la Grande Guerre, on avait dit : « Plus jamais ça. » et voilà que ça continue… Comment changer les choses ? Comment arrêter cette spirale de violences ? Et Dieu dans tout ça ? Pourquoi n’intervient-il pas ? Où est-il ton Bon Dieu ? Nous aurait-il abandonné ?

Pour moi, Dieu ne nous a pas abandonné. Il ne cesse de nous dire : « Stop ! Arrêtez vos génocides… arrêtez vos guerres… arrêtez vos violences. » Mais, on n’écoute pas ce que dit le Seigeur. J’ai même l’impression qu’on s’en fout de ce qu’il dit… Certains pensent peut-être tout bas :  » Va te faire cuire un oeuf. Laisse-nous gérer nos affaires comme on a envie… Ne t’en mêle pas ! « 

En regardant Jésus sur la croix, je me dis que l’Amour est la seule et la dernière réponse. Oui, il y a une force extrêmement puissante pour laquelle, jusqu’à présent, la science n’a pas trouvé de « théorie ». Cette force universelle qui comprend et régit toutes les autres s’appelle l’Amour. L’Amour est Lumière et illumine ceux qui donnent et reçoivent cet amour. L’Amour est gravité, car il permet l’attirance d’une personne à une autre. L’Amour est Puissance, car il démultiplie la meilleure chose que nous ayons et permet que l’humanité ne s’éteigne pas dans son égoïsme aveugle. L’Amour révèle et se révèle. Pour l’Amour, on vit et on meurt. En conclusion, l’Amour est la force la plus puissante qui existe, car il n’a pas de limites.

Cette force d’amour explique tout et donne son sens premier à la vie. L’Amour transcende tout et peut tout faire. C’est la quintessence de la vie. L’amour est vital. L’Amour est Dieu, et Dieu est Amour. Il s’agit de la variable que nous avons ignoré pendant trop longtemps, peut-être parce que l’Amour nous fait peur, puisque c’est la seule énergie de l’univers que l’homme n’a pas appris à gérer à sa guise. Et cette force d’amour a le pouvoir de guérir le monde. De plus, il est « gratuit » et généreux. Si nous voulons que notre espèce survive, si nous voulons trouver un sens à la vie, si nous voulons sauver le monde et chaque être sensible dans la vie, l’Amour est la seule et la dernière réponse.

Peut-être ne sommes-nous pas encore prêts à fabriquer une « bombe d’Amour », un dispositif assez puissant pour détruire toute la haine, l’égoïsme et la cupidité qui affligent la planète. Cependant, chaque individu porte à l’intérieur un petit mais puissant générateur d’Amour dont l’énergie est en attente d’être libérée.

Mr le curé Michel.

Seule la puissance de l'amour peut vaincre les forces du mal !

Au début de sa vie publique, Jésus proclame la charte du Royaume de Dieu : Les Béatitudes. Qui veut connaître la béatitude du monde à venir doit mettre en pratique dès aujourd’hui les valeurs de ce discours : miséricorde, compassion, paix, justice, fraternité. Vivre, c’est aimer !

Au Golgotha, Jésus a donné la preuve de l’amour fou de Dieu pour nous : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » Pour nous prouver cet amour, Jésus a voulu prendre sur lui nos douleurs et nos complicités avec le mal. Lui-même est passé par de terribles souffrances morales et physiques pour nous faire comprendre combien il nous aime et combien il a soif de notre amour. Oui, le Seigneur nous aime et est  »mendiant » de notre amour.

Comme il nous est difficile d’aimer Dieu et nos frères à la manière de Jésus, en nous décentrant de nous-mêmes, tant nous sommes tentés de nous replier sur notre ego, nos autosuffisances et nos autosatisfactions. C’est bien trop dur que de mourir à soi-même pour suivre le Christ.

C’est un chemin de conversion et de rencontre, et c’est dans le sanctuaire secret de mon cœur que Jésus veut se manifester à moi et où je peux le rejoindre, quand je le veux, par le chemin de la prière intérieure. Trop souvent on se sent incapable de prier, envahi par les distractions. Et nous avons tant de bonnes raisons de fuir la présence de Jésus en nous. Nous n’avons pas le temps… nous avons plus urgent à faire…

Sainte Thérèse de Lisieux savait qu’elle était appelée au Bonheur que Dieu seul peut communiquer à ceux qui le cherchent. Elle savait combien elle était aimée de Dieu et, depuis son enfance, vivait un vif désir de se donner à Jésus dans la vie religieuse. Elle savait que, comme tout chrétien, elle était appelée à la sainteté.

Mais, malheureusement, les vies des grands saints, qu’on lui donnait pour modèles, eurent pour effet de la décourager. Pourquoi, pensez-vous ? Parce qu’elle était une jeune fille « normale », rien d’une mystique éthérée. Elle était intelligente, courageuse et volontaire, mais tous ses efforts n’aboutissaient pas à grand-chose : elle n’arrivait pas à monter, à s’élever jusqu’à Dieu. Cependant, sans se laisser abattre, elle persévérait dans sa recherche du Seigneur et de la perfection, lisant et méditant obstinément les Ecritures. Malgré tous ses efforts, toujours elle se sentait incapable de quelque progrès … jusqu’au jour où elle découvrit ce qu’elle appellerait « Ma petite voie », son petit chemin tout simple à la portée de tous. Et tout de suite elle emprunta cette petite voie. Elle écrira : En quelques années, le Seigneur lui-même m’a fait faire des pas de géant.

Les chemins de Carême « Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même »

Le temps du Carême est une occasion pour approfondir sa vie spirituelle et pour avancer sur le chemin de la foi à travers les doutes et les épreuves de la vie. Profitons des enseignements de Ste Thérèse durant ce temps qui nous est offert, et découvrons son message en allant écouter les 4 conférences qui nous sont proposées.

4 rencontres avec Sainte Thérèse de Lisieux, pour se préparer à fêter Pâques.

Erquelinnes, église Sainte Thérèse
de 19h30 à 20h30.

Mardi 15 mars : abbé Philippe Pêtre – « Partager et avoir le souci des autres. »

Mardi 22 mars : abbé Paul Scolas – « Pardon et miséricorde. »

Mardi 29 mars : abbé Philippe Vermeersch – « Pénitence et la petite voie.. »

Mardi 5 avril : abbé Jacques Hospied – « Prière et spiritualité.. »

Campagne de Carême de Partage 2022

Écouter tant
la clameur de la terre
que la calmeur des pauvres
pour une terre juste !

Entraide et Fraternité appelle au partage. Votre don de Carême est porteur d’espoir.

« Entraide et fraternité »
BE68 0000 0000 343

Dans nos paroisses, des collectes seront organisées dans le courant du mois de mars 2021.

COMBAT DE TITANS !

Dans le cadre du Carême de partage, nous nous tournons cette année vers la terre, qui doit bénéficier à tous. La COP 26 de Glasgow nous l’a bien montré : pour échapper au réchauffement climatique, on doit lutter contre les monocultures qui épuisent la terre et qui chassent les animaux (et les hommes !)

Au contraire, il faut favoriser la diversification des cultures et la biodiversité. Dans ce cadre, Entraide et Fraternité a choisi d’aider deux pays situés aux antipodes l’un de l’autre, deux îles : Madagascar et Haïti. Toutes les deux ont en commun d’avoir des associations d’agriculteurs qui revendiquent la propriété de leurs terres, s’opposent à leur accaparement et luttent contre les monocultures intensives qu’on veut y imposer.

Le combat des petites gens est aussi un combat de titans, un combat qui bénéficie à toute l’humanité et donne un enseignement à tous. Car c’est à partir de ces initiatives sur le terrain que l’on découvre la validité des options recommandées au niveau mondial pour l’équilibre de la terre. Si nos initiatives sont petites, nous devons savoir qu’elles grandiront pour couvrir toute la terre !
Encourageons dès lors de partout la protection de la terre, de ses cultivateurs et de ses habitants !
Bon Carême à chacun et chacune.
Mgr Jean-Pierre Delville.